IE Not suppported

Sorry, but Internet Explorer is no longer supported.

For the best D2L.com experience, it's important to use a modern browser.

To view the D2L.com website, please download another browser such as Google Chrome or Mozilla Firefox.

Blog 3 : Brightspace peut augmenter le niveau de motivation des étudiants !

  • 4 Min Read

Aujourd’hui nous continuons notre investigation des manières dont les sept principes de la pédagogique efficace chez Chickering et Gamson peuvent être achevés et soutenus à travers l’usage de la plateforme d’apprentissage, Brightspace. Vous pouvez accéder à toute la série de blogs ici.

Principe 3 : Encourager de l’apprentissage actif

Pensez à vos pires expériences en tant qu’étudiant. Il est probable que les cours qui vous motivaient le moins étaient ceux qui tournaient autour de ce que j’appelle les trois Rs : relire, répéter, rappeler. Le cycle interminable de la mémorisation par cœur à l’école était frustrant et ennuyeux : lire et relire un article ou un chapitre scolaire, répéter les points clé de nombreuses fois dans votre mémoire à court terme, puis les rappeler de manière identique le jour d’un test. Malheureusement, il y avait aussi une quatrième étape commune ici : oublier toute l’information une fois que le test sera terminé.

Selon Chickering et Gamson, « Learning is not a spectator sport » [1]. Autrement dit, l’apprentissage passif (souvent appelé l’apprentissage traditionnel) n’est pas une manière efficace de retenir des informations. Les étudiants obtiendront une compréhension plus profonde du contenu de cours lorsqu’ils auront l’occasion d’y réfléchir, créer des liens, discuter de ce qu’ils apprennent (lisez notre dernier blog qui porte sur l’apprentissage collaboratif dans Brightspace), et rester actifs dans le processus d’apprentissage.

L’apprentissage actif

Felder et Brent définissent l’apprentissage actif comme suit : « [S]hort course-related activities or small-group activities that all students in a class are called upon to do, alternating with instructor-led intervals in which student responses are processed and new information is presented » [2]. Au lieu de demander exclusivement aux étudiants de lire des articles, regarder des vidéos, et écouter des cours magistraux (qui sont quand même très utiles parfois !), l’apprentissage actif encourage des tâches comme des discussions/débats critiques, de l’apprentissage empirique, de la réflexion et interprétation individuelle, et la création/production des nouveaux travaux. En y appliquant la taxonomie de Bloom (2001), nous sommes ainsi capables de conceptualiser un but collectif de pousser nos étudiants plus loin que la connaissance et la compréhension, et pL’évaluation authentique
lutôt vers l’application, l’analyse, l’évaluation, et la synthèse.

Vous vous demandez peut-être comment l’apprentissage virtuel pourrait être considéré comme « actif » si, par nature, il se passe derrière un écran, de façon sédentaire. Mais n’oubliez pas : une plateforme d’apprentissage n’est pas seulement un endroit où garder votre contenu de cours ! Tandis que la plateforme Brightspace vous fournira effectivement une expérience de contenu solide, flexible, et accessible, il y existe une gamme d’outils au-delà du partage/rassemblement des ressources.

L’évaluation authentique

Une façon de promouvoir l’apprentissage actif en ligne est d’incorporer des activités et évaluations authentiques, qui reflètent les manières dont les étudiants pourraient utiliser votre contenu de cours dans le monde réel. Nous avons maintenant une option pour soumettre des travaux « observés en personne », ce qui vous permettra d’incorporer des activités situationnelles ¬– des présentations, des débats oraux (l’analyse), des stages, des expériences de labo – comme des tâches obligatoires dans un environnement d’apprentissage mixte.

Pour des cours virtuels, exploitez notre fonctionnalité pour créer des Notes vidéo (cherchez-la sous Insérer quelque chose dans l’Éditeur HTML) : choisissez une soumission de texte pour le prochain travail de vos étudiants, et ils seront capables d’enregistrer jusqu’à trois minutes de vidéo directement de leur téléphone cellulaire ou webcam (la synthèse). Ils pourraient alors enregistrer une entrée de journal oral sur une théorie difficile (mathématiques, sciences), interpréter une scène d’une pièce ou d’un roman (littérature, drame), ou soutenir leur avis dans un débat académique (histoire, philosophie). De plus, au lieu de demander aux étudiants de réciter des mots de vocabulaire sur des cartes visuelles, ajoutez un élément authentique à vos cours de langue en leur demandant plutôt d’écrire et jouer un scénario qui incorpore ces mots (l’application). N’oubliez pas de montrer des pratiques réussites en d’abord enregistrant votre propre vidéo exemplaire !

Si vous adorez l’idée d’intégrer de la vidéo dans votre cours, donnez un cours magistral en ligne avec « Virtual Classroom » – ou bien, créez une « classe inversée » où chaque étudiant a son propre tour de jouer le rôle de prof afin d’enseigner un concept précis au groupe. De la même manière, l’outil « Video Assignments » inclut une option pour faciliter de la rétroaction/évaluation par pairs.

En dernier lieu, si votre institution utilise le Portefeuille électronique (ePortfolio) ou le Portefeuille numérique (Portfolio), n’hésitez pas à utiliser les fonctions métacognitives offertes par ces outils de documentation pédagogique, car tous les deux étaient créés afin de promouvoir de l’agentivité chez les apprenants. Par exemple, dans certains fichiers dans Brightspace vous verrez l’option « Réflexion du Portefeuille électronique », où vous pouvez pousser vos étudiants plus explicitement à créer des liens critiques au contenu de cours. Vous pouvez également créer un Formulaire (une espèce de sondage) dans le Portefeuille électronique afin de solliciter des réflexions structurées (que vous pouvez même évaluer ensuite). De la même façon, les étudiants peuvent toujours ajouter des réflexions audio/écrites à leurs preuves dans le Portefeuille numérique ; utilisez l’occasion de discuter avec eux de la distinction entre une réflexion structurée et ouverte. Donc, non seulement le processus de cultiver et documenter son propre travail correspond-il avec la notion de l’apprentissage actif, mais un tel portefeuille virtuel lui-même représente une accumulation globale des travaux authentiques.

[1] Seven Principles For Good Practice in UndergraduateEducation
[2] ACTIVE LEARNING: AN INTRODUCTION

Subscribe for blog updates

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment Submitted

Thank you for your comment

Subscribe today!

Please complete this required field.
Phone number must be a valid number.

Thank you for subscribing!

Subscribe to our blog

Get the latest news and expert tips to help you get the most out of your learning environment.

Subscribe Now!